Il ne faut pas prendre cet anar sauvage pour un enfant du Bon Dieu – Jihem

3,50

Eugène Beulac par Jihem

Le cheveu rebelle, rasè à la Gainsbourg, la boucle d’oreille provocante, Eugène Beulac n’est pas né dans un salon bourgeois mais dans l’imagination corrosive du dessinateur Jihem. Contrairement au cow-boy Lucky-Luke, il n’a pas troqué son mégot contre un brin d’herbe, l’écologie n’est pas son problème. Eugène Beulac est un passionné, un amoureux de la rue, cet univers d’affiches et de poubelles, criant de vérité, qui s’harmonise parfaitement au caractère anarchiste de ce personnage à la paupière lourde mais à l’oeil malicieux. Pour Eugène Beulac tout est sujet à dérision, il ne prend pas la vie au sérieux, peut-être de peur de ne pas en sortir vivant !

Je ne serais pas étonné que Jihem ait fait sa propre caricature à travers l’espièglerie attachante de Beulac. Peut-être même est-il un peu jaloux de son « zonard » persifleur et se sert de ce personnage, intarissable d’humour caustique, comme d’un porte-parole qui ose dire tout haut ce qu’il doit penser tout bas. Facile me direz-vous ? Absolument pas lorsqu’on sait analyser certains détails graphiques d’une fantaisie railleuse. Quand aux textes, Jihem s’en tient à son langage de tous les jours,direct, parfois cru, mais toujours franc et vrai. Il a l’avantage de décrire les situations les plus cocasses sans s’enfermer dans une verve pompeuse qui ne ferait que dénaturer son inspiration. Il n’a pas la prétention de s’adresser à une élite mais à l’homme de la rue, celui qui, précisément, peut se reconnaître en son bonhomme bien sympathique malgré ses extravagances.

Le ton ironique mais combien réaliste de ce dessinateur au graphisme sûr risque d’en choquer quelques uns, que ceux-là apprennent à observer, ils verront que, bien souvent, il exagère à peine…

Jean Daurcel

En stock

UGS : anar sauvage Catégories : , Étiquettes : , , , ,

Description

Éditeur : Ed.Dis.Sud – 1987

Informations complémentaires

Poids 241 g

Avis

  1. lecturesfamiliales

    C’est pas piqué des vers, et malgré les 20 ans qui nous sépare de Mr Beulac…c’est toujours d’actualité. Un humour corrosif qui ne fera peut-être par rire tout le monde, mais pour moi un petit moment de rire et de détente – Magali

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.