Le journalisme sans peine – Burnier & Rambaud

5,00

Le pire ennemi du journaliste, ce n’est pas l’alcool qui lui dévaste le foie, ce n’est pas le rédacteur en chef qui l’oblige à passer des nuits blanches, ce n’est pas non plus l’administrateur qui épluche ses notes de frais, ni le gouvernement qui le censure, non, le pire ennemi du journaliste c’est l’information.

  • l’information est rare,
  • elle est dangereuse,
  • elle est souvent invraisemblable,
  • elle déçoit le public,
  • parfois elle le terrifie.

Comment tempérer, cacher, noyer, effacer l’information ? Par un dialecte plus éloigné du français qu’il n’y paraît : le langage médiatique.

Le lecteur trouvera dans le présent livre une méthode originale et attrayante d’initiation au vocabulaire, aux clichés, aux tournures si caractéristiques de la presse écrite ou orale.

Michel-Antoine Burnier, carte de presse n°24218, a été rédacteur en chef de trois mensuels, conseiller de deux quotidiens et d’un hebdomadaire.

Patrick Rambaud, carte de presse n° 46004, prix de l’Insolent 1988, ancien reporter, est également connu sous le nom de Marguerite Duraille.

Ensemble ou séparément, ils ont publiés des essais, une tragédie, une comédie, des romans, des chroniques et de nombreux ouvrages de parodie littéraire, dont le fameux Roland Barthes sans peine. Dans la presse ou l’édition, ils ont revu, corrigé, réécrit près de 150 000 feuillets.

UGS : journalisme Catégories : ,

Description

  • Éditeur : Plon
  • Dépôt légal : janvier 1997
  • ISBN : 2-259-18549-5
  • 175 pages

Informations complémentaires

Dimensions 22.5 × 14.1 × 1.7 cm

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le journalisme sans peine – Burnier & Rambaud”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.