Hypérion – Höderlin

2,00

« Une fois encore, le sol très aimé de la patrie me donne ma pâture de joie et de douleur ». La première phrase d’Hypérion d’Hölderlin – mais est-ce seulement une phrase ou un vers ? S’agit-il d’un roman lyrique ou d’un poème en prose ? – révèle entièrement le monde du poète, un monde en quête de pureté, un perpétuel élan, la recherche d’une joie métaphysique au contact de la terre et de la patrie. Un homme grec, un contemporain nommé Hypérion, conte à l’un de ses amis la façon dont sa destinée de poète s’est créée. Après une adolescence exaltée, ayant fait l’expérience de la mort et du combat, Hypérion se retire de la vie des hommes et décide de vivre en ermite une existence contemplative… Disciple de Rousseau, ami de Hegel, Hölderlin sera salué par toute la génération romantique comme un inspirateur et un modèle. Mais Hypérion ne doit pas se réduire à un cette image de fer de lance du romantisme. Il y a davantage dans ce texte. Notamment l’idée que la seule langue qui vaille est la langue poétique, parce que la poésie est par essence plus philosophique que le langage philosophique lui-même. Hölderlin, comme Mallarmé, a simplement recours à l’imagination et au goût du mot juste pour entrer en vérité. De ce point de vue, Hypérion peut être considéré non seulement comme un chef-d’œuvre de la poésie, mais encore de la philosophie allemande. –Denis Gombert

En stock

UGS : Höderlin Catégories : , Étiquettes : , , , ,

Description

Éditeur : NRF Gallimard
Dépôt légal : 1er trimestre 1973
253 pages

Informations complémentaires

Poids 155 g

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Hypérion – Höderlin”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.