Les bons enfants – Lucie Faure

1,50

Grand reporter dans la force de l’âge, père de trois fils presque adultes, Marc est un homme tranquille, heureux, équilibré, pour qui les voyages relèvent de la routine. Du moins en est-il persuadé. Cette fois-ci, pourtant en débarquant à Katmandou, il ressent une difficulté anormale à prendre contact avec ce pays inconnu. Un jeune homme entrevu dès son arrivée le trouble sans qu’il puisse s’en expliquer la raison, comme s’il avait lu dans ce regard singulier un appel, mêlé d’ironie.

Marc ne tarde pas à retrouver le jeune homme au visage de Christ et lie connaissance avec lui. C’est un français de dix-huit ans, qui pourrait être l’un de ses fils. Il a quitté des parents très riches pour vivre là-bas, en communauté, comme beaucoup d’autres garçons et filles, une existence volontairement démunie, contemplative, sans attache ni préjugés.

Marc est comme envoûté par ce royaume fascinant, ses paysages grandioses, sa politique étrange. N’est-ce pas Alain et ses jeunes compagnons qui ont suivi la vraie voie ? Prise de conscience inattendue ? Qui sait si leur détachement désespéré n’est pas la sagesse, leur liberté la seule qui vaille ?

Le dépaysement une aventure sentimentale éphémère, des questions essentielles qui surgissent, il n’en faut pas davantage pour céder à la tentation de la dernière chance : une autre vie est-elle encore possible ?

Les lettres de Marc trahissent un désarroi qui pousse sa femme à le rejoindre, laissant à Paris des fils désorientés, surpris, confrontés pour la première fois avec les problèmes des adultes et leurs propres inquiétudes. Pour eux aussi, cette absence sera l’occasion de faire le point, de se connaître.

Qu’est ce que le bonheur, si tenace, si fragile ? A quoi ressemble l’avenir pour un couple lucide et des « bons enfants » qui se cherchent dans toutes les directions, malgré l’angoisse d’un choix difficile ?

Avec cette minutie intimiste, ce goût du détail précis, cet art de voir et d’écouter qui faisait le prix du Malheur fou, l’auteur élargit ici le champ de son observation à des domaines qui préoccupent chacun de nous : la jeunesse, la drogue, la liberté, l’amour conjugal, le sens même de la vie à notre époque. N’oubliant jamais qu’elle est avant tout romancière, Lucie Faure nous tient en haleine jusqu’au terme de ce livre passionnant, qui ajoute au pittoresque de l’exotisme, à l’imagination de l’écrivain, la justesse d’un témoignage actuel et la gravité d’une réflexion.

En stock

Description

  • Éditeur : Le livre de poche
  • Dépôt légal : 4ème trimestre 1973
  • 281 pages

Informations complémentaires

Dimensions 16.6 × 11 × 1.8 cm

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les bons enfants – Lucie Faure”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.