Kommandos de femmes – Christian Bernadac

3,00

Les « kommandos » extérieurs, rattachés aux grands camps de concentration, vont croître et se multiplier au fil des mois de guerre et, dans la dernière année, devenir tentaculaires. Certains camps centraux, comme Ravensbrück, donneront naissance à plus de cent sections qu’il leur sera impossible d’administrer, d’approvisionner, de contrôler. Les commandants locaux, nouveaux seigneur féodaux, s’accommoderont fort bien de cet état de fait. Parfois, un kommando lointain, trop important pour être « abandonné », est rattaché à un camp mère plus proche ou devient, tout simplement, indépendant et crée de nouveaux kommandos qui, à leur tour…Les « Kommandos » extérieurs, rattachés aux grands camps de concentration, vont se multiplier au fil des mois de guerre. Certains camps comme Ravensbrück, donneront naissance à plus de cent sections qu’il leur sera impossible d’administrer, d’approvisionner, de contrôler. Les commandants locaux s’accommoderont fort bien de cet état de fait. Parfois, un kommando lointain est rattaché à un camp mère plus proche ou devient indépendant et crée de nouveaux kommandos qui, à leur tour…Pour la déportée, cette menace du kommando est permanente et c’est toujours avec angoisse qu’elle reçoit une nouvelle affectation.Car, sous le nom de « kommando » se cachent d’autres « destinations » plus inquiétantes que l’usine, la mine, le chantier : kommando du ciel (chambre à gaz et cheminée du crématoire), transport noir, kommando sanatorium ou kommando de convalescence (camp où l’on abandonne les malades sans soins, les valides sans nourriture jusqu’à ce qu’ils s’éteignent), Bergen-Belsen, camp où l’on pratique les piqûres de benzine dans le coeur ou l’empoisonnement pur et simple comme au « camp de jeunesse » de Ravensbrück, enfin kommandos fictifs, kommandos Mittverda de Ravensbrück (Mittverda n’a jamais existé) : les déportées sont chargées sur des camions, embarquent parfois dans des wagons, roulent quelques heures et descendent au point de départ pour être dirigées vers une chambre à gaz.Christian BERNADAC qui, depuis dix ans, mène une enquête historique sans précédent sur le système concentrationnaire, nous livre avec « KOMMANDOS DE FEMMES » sans doute le dossier le plus émouvant de cette série.Source : Le Livre de Poche, LGF

Rupture de stock

Description

Éditeur : Famot
Dépôt légal : 1976
311 pages

Informations complémentaires

Poids 395 g

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Kommandos de femmes – Christian Bernadac”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.