Marius Borgeaud – Collectif

20,00

« Le luminisme, sans aucun doute, est à la base de son esthétique. L’artiste est acquis à l’importance fondamentale de la lumière depuis longtemps et c’est en fonction d’elle que tout d’abord il s’intéresse à l’analyse de la couleur à la façon des impressionnistes, mais par la suite, lorsqu’il trouve sa propre manière d’interpréter le rôle des éclairages, il prendra le contre-pied de la technique d’un Pissarro. Il substitue à la lumière diffuse qui éclairait tout le tableau, un rayon de lumière projeté dans une certaine direction qui se glisse en larges surfaces et crée par opposition à lui-même des ombres opaques. Il atteint alors progressivement à de forts contrastes en même temps qu’il nettoie son tableau de tous les détails qui ne sont pas absolument indispensables. […] Les différentes intensités d’éclairage qui inspirent sa palette créent les plans successifs et commandent l’organisation de son tableau. Elles imposent aussi la pureté de la couleur, cette palette propre dont les effets se suffisent d’une simple confrontation de taches qui jouent entre elles et donnent au tableau une partie de son caractère. Les rouge, bleu, orange, ocre et brun alliés au noir dont il fait un grand usage, au gris et au blanc d’un large tablier, ce sont ses couleurs favorites ; elles suffisent à rendre un climat précis, la fraîcheur ambiante opposée à la chaleur estivale de l’extérieur et une certaine qualité de silence.

La simplicité de ses tableaux empruntée pour une large part à celle-là même de ses thèmes, jointe à une certaine raideur de ses personnages, a parfois incité les observateurs à classer Borgeaud parmi les naïfs. Il n’y a cependant pas plus de naïveté dans cet art-là que dans celui d’un Auberjonois ou dans les graffiti des années 40 d’un Jean Dubuffet. […] il a cherché auprès d’une humanité populaire, humble et rustique le dépaysement nécessaire à tant d’artistes, les milieux et les êtres les plus étrangers à ce qu’il était lui-même de par ses origines sociales, son éducation […]. La rusticité, la naïveté relative exprimée par ses toiles ne sont pas de son fait mais bien uniquement le trait dominant d’un milieu social : tel qu’il a voulu le faire comprendre, et à tout bien considérer, que l’on ait pu confondre l’homme et son œuvre dit mieux que tous les éloges à quelle exactitude d’expression l’artiste était parvenu. Il était difficile de faire plus vrai. »

— Georges Peillex

En stock

Description

Editeur: Fondation de l’ Hermitage, Lausanne
Dépôt légal : 2015
ISBN : 978-2-8845-3195-5
201 pages

Informations complémentaires

Poids 1170 g

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Marius Borgeaud – Collectif”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.