Tresch : La randonnée cézannienne – Georges Albert

20,00

Si Marius Mermillon se souvient de l’apparition, vers 1919, de Georges Albert Tresch vêtu en capitaine d’artillerie, peut-être au cours d’une de ces chaleureuses réunions du groupe des Ziniars à la Brasserie du Nord ; nous savons que Pierre Combet-Descombes et le capitaine T. comme le nomme Alain dans ses Souvenirs de guerre, entretenait une relation épistolaire, depuis 1916. Oui ! Georges Albert Tresch fut sans doute celui qui renforça, chez les membres du groupe Ziniars, l’influence de Paul Cézanne. On le sait, le Capitaine T. était capable d’argumenter inlassablement lorsqu’il s’agissait de peinture en général, et de Paul Cézanne en particulier. Georges Albert Tresch exposa à Paris, dès 1907, ses amis Ziniars présentèrent leurs œuvres au Salon d’Automne de Lyon, seulement à partir de 1911. Et puis, souvenons-nous de ce témoignage de Marius Mermillon, dans le Tout Lyon, du 16 mars 1924 :  » Nous de la province, ne recevons de Paris que les impulsions tardives, etc. « . Bien d’autres critères que vous découvrirez à la lecture de ce livre, militent pour cette position de leader du capitaine T. au sein du groupe des Ziniars. Son regard sur l’histoire de l’art, son aptitude à l’analyse des maîtres de la modernité : Edouard Manet, Paul Gauguin, Paul Cézanne, Suzanne Valadon, etc. composent une personnalité capable de militer pour l’art moderne avec (dixit Marius Mermillon) intelligence, amour et respect… (Alain Vollerin)

En stock

Description

Editeur: Editions Mémoire des Arts
Dépôt légal: mars 2003
ISBN: 9782912544223
199 pages

Informations complémentaires

Poids 800 g

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Tresch : La randonnée cézannienne – Georges Albert”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.