Les gaités de l’escadron – Georges Courteline

18,00

« Mon colonel, j’ai à vous dire que la soupe ne vaut rien. » Grâce à cette simple phrase, La Guillaumette est entré pour toujours dans l’Ilade du simple soldat français. Il y voisine avec l’adjudant Flick, inventeur de corvées stupides et de punitions imméritées, avec Laplotte et Fricot, les rois du tire-au-flanc, avec le pauvre Laperinne tué par sa propre flemme. Qui peut oublier l’épopée du fromage de têt ou les démêlés du bleu avec le cheval Macadam ? Comme dit Courteline lui-même :  » Toute l’ânerie militaire est là. » Ce grand comique a voulu faire rire du sous-off arbitraire, du capitaine alcoolique, du général absurde, parce qu’il savait que le rire est l’arme imparable. Et quand il a tout dit de ce qui pourrait aussi bien faire pleurer : « l’existence du militaire est pleine de ces heures charmantes », car il partageait aussi l’humour des humbles qui les sauve du désespoir.

En stock

Description

Editeur : Livre de Monte-Carlo
Dépôt légal : mars 1952
197 pages

Informations complémentaires

Poids 905 g

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les gaités de l’escadron – Georges Courteline”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.