L’oiseau des ténèbres – Michaël Connelly

1,50

Pourquoi Terry McCaleb, ex-agent du FBI, a-t-il accepté d’analyser un dossier criminel que lui a apporté Jaye Winston, une de ses anciennes collaboratrice du Bureau ? Trois ans après son opération cardiaque, marié et père de famille, Terry n’aspire qu’à la tranquillité. En apparence, car l’affaire que lui soumet Jaye semble le mettre à nouveau sur la piste d’un serial killer, sa spécialité. Le modus operandi du criminel révèle un tueur sadique. Sa victime, Edward Gunn, un délinquant connu des services de police de Los Angeles, bénéficia jadis d’un non-lieu pour l’assassinat d’une prostituée. Malgré lui, Terry est captivé par le dossier. Le profil psychologique le mène sur la piste inattendue d’un homme qu’il estime : l’inspecteur de troisième classe Harry Bosch. Pour l’heure, celui-ci est le témoin essentiel de l’accusation, au procès de David Storey, un metteur en scène sulfureux accusé du meurtre d’une jeune comédienne.
L’Oiseau des ténèbres marque un tournant dans l’univers de Connelly : c’est la première confrontation entre ses deux héros, McCaleb, rencontré dans Créance de sang, et Harry Bosch, personnage principal, entre autres, de La Blonde en béton et de L’Envol des anges. Avec subtilité, l’auteur joue avec les faux-semblants et installe le doute au fil des pages, pour le plus grand plaisir du lecteur aspiré par cette intrigue tracée au cordeau, et fasciné par les méandres de la perversité des protagonistes. Du bon Connelly ! –Claude Mesplède

Tout ce qu’Hollywood compte de stars vibre au procès David Storey, un producteur que l’inspecteur Harry Bosch s’est juré de confondre à la barre, lorsque Terry McCaleb, le héros de Créance de sang, reçoit la visite de l’inspectrice Jaye Winston qui n’arrive toujours pas à élucider l’assassinat d’un petit malfrat, Edward Gunn.

McCaleb jette un coup d’oil au dossier et reste pétrifié par ce qu’il découvre : les mains dans le dos et la tête dans un seau, Gunn s’est étranglé lui-même en resserrant le noud coulant relié à ses pieds.

Plus étrange encore, sur son bâillon le tueur a écrit  » prends garde, prends garde, Dieu voit « . Où le meurtrier voulait-il mener la police avec ces mots ?

Telle est l’énigme que doit résoudre McCaleb s’il ne veut pas céder à l’évidence : l’assassin de Gunn est un flic passé de l’autre côté – celui des ténèbres.

Rupture de stock

UGS : connelly 10 Catégories : , , Étiquettes : , ,

Description

Editeur: Points
Collection: policier
Dépôt légal: janvier 2003
ISBN: 9782020562362
437 pages

Nombreuses traces d’humidité

Informations complémentaires

Poids 258 g

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’oiseau des ténèbres – Michaël Connelly”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.