Les aventures de Tic…une nouvelle de Madu la Fée

Bonjour,

Il y a quelques temps, j’avais lancé un concours sur Facebook lors du kidnapping de Tic… Je vous propose donc de découvrir le texte de la gagnante.

D’autres concours d’écriture seront proposés, ici aussi.

Devant le café littéraire « l’Imaginarium », se trouvaient assis deux ours en peluche. Posés sur des chaises autour d’une petite table, Tic et Tac pouvaient voir entrer et sortir les clients du magasin. Ils trônaient là depuis l’ouverture quelques mois auparavant. Tic était aussi blanc que la neige et portait une veste rouge à capuche alors que tac avait la couleur du chocolat au lait.

Ils avaient passé une agréable journée au soleil quand un petit être d’un mètre dix s’arrêta près de leur table. Il était étrange avec ses habits verts, son bonnet pointu qui lui tombait sur le coté et ses chaussures à clochettes. Des mèches de cheveux roux sortaient de son chapeau pour venir frôler ses épaules.

Personne ne semblait le voir pour tant il se trouvait devant la table. Nos deux ours en peluche regardaient la scène avec surprise.

Tic, étant le plus hardi des deux, prit la parole.

  • Bonjour, je m’appelle Tic et voici Tac.
  • Bonjour, mon nom est Loucas et je suis un farfadet.

Sa voix était douce mais son regard gris paraissait songeur. L’ours blanc se demandait pourquoi le farfadet était là car d’après les histoires qu’il avait pu entendre avec son ami Tac, les êtres comme Loucas se montraient rarement pour ne pas dire jamais.

L’ours brun se décida à poser la question qui le tarabustait depuis l’apparition du farfadet.

  • Pourquoi les clients ne te voient-ils pas ?

Loucas soupira et fit apparaitre une chaise pour s’installer entre les deux amis. Il leur sourit avant de répondre d’une voix un peu triste.

  • Seuls les êtres magiques et ceux qui croient en la magie peuvent me voir. Malheureusement sur Terre, il n’en reste plus beaucoup.

Tac fixa son regard brun sur lui. Tout cela le surprenait et l’inquiétait aussi. Que venait-il faire ici ? Allaient-ils au-devant de gros problèmes ? Plein de questions se bousculaient dans sa tête de peluche.

Tic, lui, s’émerveillait en écoutant le farfadet. Son coté téméraire lui soufflait les mots : aventure, surprise, nouveauté. Allait-il vivre quelque chose d’extraordinaire ? Peut-être.

  • Pourquoi es-tu ici ? demanda doucement l’ours chocolat au lait.
  • J’ai un gros problème et vous allez, peut-être, pouvoir m’aider.
  • Nous ne sommes que des ours en peluche. fit Tac surpris.
  • Justement. Je suis la nounou, si l’on peut dire, d’un jeune prince Troll. Il porte le nom de Pet Ki Pu. Et en ce moment, il est très malheureux. Rien n’y fait, j’ai tout essayé mais il pleure tout le temps.
  • Je comprends mais je ne vois toujours pas ce que nous pouvons y faire. s’inquiéta l’ours brun.
  • Je pense que le câlin d’un ours en peluche, comme vous, pourrait lui rendre le sourire. C’est juste le temps de retrouver son doudou.

Tac hoqueta de peur. Un câlin à un Troll ! Hors de question ! Ils risquaient d’être salis voir pire déchirés. Non, non et non, ils resteraient tranquillement assis devant le café et ce fou de farfadet devrait se trouver une autre solution.

C’est alors que Tic se rapprocha de Loucas. Il n’était pas inquiet. Non, lui sentait sa fibre de baroudeur s’éveiller. Il avait envie de vivre une aventure. Et quoi de plus excitant que d’aller faire un câlin à un Troll inconnu.

Ses yeux de plastique marron pétillaient d’envie.

  • Loucas, où est-il ce prince Troll ? demanda-t-il avec sérieux.
  • Tu veux bien m’aider ? Vraiment ? fit le farfadet surpris.
  • N’y pense même pas ! cria Tac affolé. Pense au chagrin de notre amie qui tient le café. Soit donc un peu raisonnable !

L’ours blanc tourna le regard vers la vitrine et y vit leur amie s’y activer. Il aimait être là devant le magasin mais sa soif d’aventure était la plus forte. Il avait pris sa décision et il irait faire un câlin au petit Troll.

Son amie comprendrait, il en était certain et puis, avec de la chance, sa disparition passerait inaperçu.

  • Je suis ton ours, Loucas. Que dois-je faire ?

Un sourire de joie éclaira le visage du farfadet qui posa la main sur l’ours blanc. Alors ils disparurent aussitôt avec la chaise. C’est comme cela que Tac se retrouva seul devant le café, inquiet pour son ami partit à l’aventure dans un monde inconnu.

Le soir, quand le patron sortit pour récupérer les ours, il n’en trouva qu’un.

Pendant ce temps, Tic découvrait un tout autre univers. Il se trouvait dans une immense forêt aux multiples senteurs. Il entendait de très beaux chants d’oiseaux.

L’ours regardait tout autour de lui en suivant le farfadet. Il était impressionné par les grands arbres si majestueux. Il n’en avait jamais vu de pareil. Normal, il ne connaissait que le devant du café. Le chemin qu’ils suivait était en terre et semblait avoir été parcouru des milliers de fois.

  • Que c’est joli ! s’extasia-t-il.
  • Je trouve aussi. Attends de voir devant la demeure des trolls, c’est encore plus beau.

A peine Loucas avait-il fini de parler que le sentier déboucha sur une grande clairière couverte de fleurs de toutes les couleurs. Cela sentait très bon. Il y avait aussi un petit cours d’eau qui chantait.

Puis ils s’approchèrent d’une grotte dans une grande falaise. Tic leva les yeux mais n’en vit pas le haut. Il reporta son attention sur l’entrée qui lui sembla bien sombre d’un seul coup. L’ours blanc commença à regretter sa décision.

Mais quelle ne fut pas sa surprise quand il entra. Il fut accueilli par une belle clarté. Il ne se trouvait pas dans le noir. Non, loin de là. La lumière se déversait dans la grande salle grâce à des cristaux de toutes les couleurs. Cela donnait un côté féerique à la pièce.

TIC s’émerveillait de tout ce qu’il voyait quand un bruit attira son attention. Il s’approcha d’une ouverture percée sur le mur du fond. C’est alors qu’il le vit, assis sur un tapis. Il ne s’attendait pas vraiment à cela.

Le jeune prince devait mesurer un mètre vingt tout en muscle. La couleur bleue de ses cheveux surprenait surtout que Tic avait l’impression que sur la tête du troll poussait de la paille. Son regard rose reflétait une grande tristesse.

Quand Pet Ki Pu vit le farfadet, il tendit les mains vers lui. Loucas s’approcha et pris le jeune prince dans ses bras pour essayer de le consoler.

  • Je t’ai amené un ami. Il va te faire des câlins et s’amuser avec toi le temps que je retrouve Pet de bulles.

Pet Ki Pu porta son regard sur Tic. Et avant que l’ours blanc ne puisse faire quoi que ce soit, le petit troll mit son gros nez rond et sale sur la belle peluche blanche de Tic.

En peu de temps, l’ours se retrouva aussi sale que le jeune prince. Mais qu’est-ce qu’il s’amusait ! Il joua à cache troll, à lance boue et en plus il était plus que doué à ce jeu-là.

Au même instant, ses amis du café littéraire s’inquiétaient de sa disparition.

Loucas, lui, recherchait activement Pet de bulles partout dans la maison des trolls. Il pensait bien avoir fait toutes les pièces mais aucune ne contenait le doudou du prince. Où pouvait-il être ?

Le farfadet arrêta de chercher et décida d’aller voir comment cela se passait entre Pet Ki Pu et Tic.

Il retrouva l’ours et le troll allongés sur le sol après une partie acharnée de lance boue. Tic n’était plus aussi blanc qu’avant. Il s’en était donné à cœur joie.

Loucas se demandait comment il allait pouvoir les laver tous les deux. C’est alors, qu’il se rappela dans quel état était le prince quand Pet de bulles avait disparu.

Il fit sursauter Tic quand il s’écria.

  • Je sais où se trouve le doudou du prince. Venez, nous allons le retrouver !

Tic et le troll se levèrent et suivirent le farfadet jusqu’à une pièce que l’ours blanc n’avait encore jamais vu. Le prince troll commença à grogner.

  • Je veux pas le bain ! Moi j’aime pas.

Tic regarda la pièce, ils venaient d’entrer dans une salle de bain. Il pouvait voir en son milieu une grande baignoire. Pet Ki Pu s’assit sur le sol en ronchonnant. Loucas s’approcha de la baignoire et sourit.

L’ours blanc tendit l’oreille et perçut le bruit d’un petit clapotis. Il regardait dans la direction du farfadet quand deux petits bras blancs apparurent. Puis ce fut le tour d’une petite tête toute ronde avec deux grands yeux violets. Quand le troll vit le petit être, il sauta tout habiller dans la baignoire et éclaboussa tout le monde.

Tic se retrouva mouiller et sale. Il commençait à avoir envie de rentrer chez lui. Il se tourna vers Loucas.

  • Il semble aller mieux. Peut être devrais je rentrer chez moi, ne crois-tu pas ?
  • Oui, tu as raison. Viens sortons et laissons le prince prendre son bain.

Ils se retrouvèrent dehors et le farfadet fixa son regard sur l’ours qui n’était plus aussi blanc qu’au début. Tic baissa les yeux et découvrit le désastre. Comment son amie prendrait-elle cette catastrophe ? Pas la peine d’y penser, de toute manière il ne pouvait rien y faire. Sa belle peluche blanche était vraiment sale.

Loucas posa la main sur Tic et en un clignement de paupières, ils réapparurent entre deux voitures pas loin du café. Le farfadet murmura alors à l’oreille de Tic.

  • Je nous ai fait revenir quelques jours après ta disparition. Tu vas rester là, jusqu’à ce que quelqu’un te voit.
  • Mais si c’est une personne qui ne sait pas qui je suis ? Et si je ne retrouvais pas le café ?
  • J’ai utilisé ma magie pour que cela soit une cliente qui te retrouve. Je vais attendre avec toi.
  • Merci.
  • Merci à toi de m’avoir aidé avec le prince.

Il ne fallut pas patienté longtemps, une dame passait calmement quand elle vit l’ours blanc sur le sol. Elle était une cliente du café littéraire et reconnut tout de suite Tic. Il était dans un tel état qu’elle décida de le laver avant de le rendre à sa propriétaire. Loucas fit signe de la main à l’ours blanc et disparu sans laisser aucune trace de sa présence.

Lorsque Tic revint tout propre au café, Tac lui dit combien il lui avait manqué. L’ours brun essaya aussi de faire promettre à Tic de ne plus partir à l’aventure mais sans succès.

Peut-être qu’un jour un farfadet lui redemanderait de l’aide et Tic savait très bien qu’il ne pourrait jamais dire non à une aventure.

Histoire à suivre…..

2 Comments

  1. Alvyane Kermoal

    Magnifique petite histoire qui offre un moment de sourire. Bravo à Madu la fée 🙂

    Répondre
    1. lecturesfamiliales

      Merci pour elle 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.